Fiscalité de la location meublée touristique : pour 2023, fais ce qu’il te plait !

Fiscalité de la location meublée touristique : pour 2023, fais ce qu’il te plait !
28-02-2024

La loi de finances pour 2024 n’a pas épargné le secteur de la location immobilière : entre autres modifications, elle est venue abaisser le seuil de chiffre d’affaires à ne pas dépasser pour bénéficier du régime de la micro-entreprise dans le cadre de la location de meublés de tourisme, sans préciser à partir de quand ces modifications s’appliquent. C’est désormais chose faite…

Fiscalité de la location de meublés de tourisme : au choix pour 2023

Parmi les nombreuses modifications introduites, la loi de finances pour 2024 est venue réformer le régime fiscal applicable aux locations directes ou indirectes de locaux meublés de tourisme non classés.

Dans ce cadre, le seuil de chiffre d’affaires à ne pas franchir pour bénéficier du régime micro-BIC passe de 77 700 € à 15 000 €. Un coup dur pour les loueurs de tels locaux !

Ainsi, au 1er janvier 2024, le régime de la micro-entreprise est applicable sous réserve de ne pas dépasser les seuils de chiffres d’affaires hors taxes (CAHT) suivants :

  • 15 000 € de CAHT pour la location directe ou indirecte de meublés de tourisme ;
  • <li>77 700 € de CAHT pour les activités de prestations de service et professions libérales ;</li>    <li>188 700 € de CAHT pour la vente de marchandises et fourniture de logement (hôtel, chambre d'hôtes...).</li>

Pour rappel, le régime de la micro-entreprise permet, pour le calcul de l’impôt sur le revenu, d’appliquer sur le montant du chiffre d’affaires réalisé, un abattement forfaitaire, représentatif des charges d'exploitations, qui varie selon l'activité exercée.

La loi de finances pour 2024 abaisse le montant de cet abattement pour les locations directes ou indirectes de meublés de tourisme non classées passant de 50 % à 30 %. 

La loi de finances pour 2024 n’a en revanche pas précisé la date d’entrée en vigueur de ces 2 nouveautés (seuils de chiffre d’affaires et montant de l’abattement).

C’est désormais chose faite : l’administration fiscale vient de préciser que ces nouvelles dispositions s’appliquent à compter des revenus de 2023.

Une application rétroactive susceptible de poser des difficultés pour les loueurs alors contraints de reconstituer leur comptabilité pour l’année 2023 en cas de passage du régime des micro-entreprises à un régime réel d’imposition.

Dans le but de limiter les effets de cette rétroactivité, l’administration précise que les loueurs de meublés de tourisme non classés peuvent, pour les revenus de 2023, opter pour le régime antérieur à la loi de finances 2024.

Schématiquement, les loueurs pourront opter pour l’un ou l’autre de ces régimes spécialement pour l’imposition des revenus 2023 :  
 

        <td valign="top">            <p><strong>Dispositions de la loi de finances pour 2024</strong></p>            </td>            <td valign="top">            <p><strong>Dispositions antérieures</strong></p>            </td>        
    <tr>            <td valign="top">            <p><strong>Seuil de chiffres d’affaires hors taxes pour bénéficier du régime de la micro-entreprise</strong></p>            </td>            <td valign="top">            <p align="center">15 000 €</p>            </td>            <td valign="top">            <p align="center">77 700 €</p>            </td>        </tr>        <tr>            <td valign="top">            <p><strong>Montant de l’abattement</strong></p>            </td>            <td valign="top">            <p align="center">30 %</p>            </td>            <td valign="top">            <p align="center">50 %</p>            </td>        </tr>    

 

        

Fiscalité de la location meublée touristique : pour 2023, fais ce qu’il te plait !

  • © Copyright WebLex

Catégories:

  • Actualités
  • Le coin du dirigeant